Comment protéger vos ados des contenus choquants ?

Dernière mise à jour : 26 avr.

5ème chapitre de notre dossier consacré aux écrans, les réseaux sociaux et les ados.


Aujourd'hui je me penche tout particulièrement lorsque nos jeunes se retrouvent face à des images violentes recherchées ou inopinées ou vues à notre insu telles que des scènes de terrorisme, de la pornographie, de guerre, des images de catastrophes naturelles... Les images choquantes font désormais partie de notre quotidien. Elles sont difficiles à supporter, exposant particulièrement nos enfants à des traumatismes.


Quels sont les risques lorsque sont vues des images violentes, fictives ou réelles ?

Quand nous percevons une scène violente, réelle ou fictive, 4 conséquences apparaissent :

  • une augmentation des pensées et comportements agressifs

  • un changement d'humeur

  • une perte de l'empathie

  • des modifications physiologiques

Le traumatisme créé par des images se soignera par des échanges verbaux. Soit avec vous-même, soit avec d'autres membres de la famille dans lesquels il a confiance ou bien encore à un professionnel qui a l'habitude de recevoir la parole des enfants/adolescents sans porter de jugement.

Pour quelles raisons certaines images sont considérées trop violents ou choquantes pour nos adolescents ?

Nos enfants ne voient pas la même chose que nous et certaines images peuvent susciter chez eux des réactions complexes et parfois différentes de ce qu'un adulte pourrait ressentir.

Pour éviter qu'ils soient troublés par ce qu'ils voient, il est important de choisir des contenus adaptés à leur âge. Pour nous y aider, il existe une signalétique jeunesse pour les films, les jeux vidéos.


Mais il arrive aussi que nos jeunes tombent de façon inopinée sur des contenus choquants. Ou bien en étant chez le voisin, le grand cousin ou ses meilleurs potes. Nous ne pouvons pas surveiller tout ce que notre enfant regarde, même si nous avons mis en place des dispositifs de verrouillage.


D'où l'importance du dialogue. Vous pouvez lui proposer des moments d'échange où il aura la possibilité de parler de ce qu'il a vu et de ce qu'il en a pensé. Il aura ainsi confiance pour partager davantage son émotion. C'est aussi l'occasion de consolider ses repères, son esprit critique et sa représentation du monde qui l'entoure.



Attention à la pornographie

La pornographie a toujours été pionnière dans la conquête de nouveaux médias. Et Internet ne fait pas exception, permettant un accès de plus en plus facile et rapide.

Aujourd'hui la pornographie est une véritable économie de l'entertainment avec sa production de masses et ses grandes entreprises. Et sa diffusion est marquée par l'apparition du haut débit, de sites mondiaux diffusant de manière gratuite du contenu pornographique et la généralisation des smartphones.

Cela conduit les adultes et les jeunes à pouvoir disposer d'un accès gratuit et quasi incontrôlé à des sites pornographiques.

Car contrairement aux idées reçues, les adolescents sont loin d'être les premiers utilisateurs des sites pornographiques. Ce sont des adultes qui représentent l'essentiel de leur trafic.


Qu'il s'agisse d'une confrontation involontaire (via des publicités sur des sites de streaming illégal par exemple) ou volontaire des ces images, les adolescents sont soit curieux, soit recherche une stimulation sexuelle (particulièrement chez les garçons à mesure que l'âge augmente). Mais une "consommation" fréquente voire quotidienne devient alors problématique. Des études ont démontré que ceux qui visionnent régulièrement sont moins satisfait de leur corps et plus anxieux de leurs compétences sexuelles.


Si ce sujet vous intéresse, je vous invite à regarder le reportage "les ados, le sexe et Internet. Les jeunes face au porno" diffusé sur Arte et que vous pouvez retrouver sur YouTube après vérification de votre identité.


Il est observé chez les adolescents non seulement des visionnages mais aussi des productions d'images pornographiques. On peut concevoir que le visionnage délibéré fait partie des questionnements adolescents liés à la sexualité, la diffusion d'images pornographiques devient quant à elle problématique.

Dans ce cas là, certains adolescents vont réaliser eux-mêmes des photos ou vidéos pornographiques. Soit en les réalisant eux-mêmes, soit en capturant l'image d'autres personnes. Ces images sont souvent partagées avec une personne proche (comme dans le cas d'une relation amoureuse) afin de tester le lien et la confiance. Or il arrive que malheureusement celles-ci sortent du cercle privé et atterrissent sur la Toile comme des cas de harcèlement ou de revenge porn.

Dans ce cas là il est nécessaire d'alerter un adulte. Des numéros de téléphone gratuits existent (vous les trouverez dans la courte vidéo ci dessous).


Notre rôle, là aussi, est d'aider nos ados à développer un esprit critique, à prendre de la distance avec ces pratiques afin de comprendre que ces images ne représentent pas la réalité.


Nudes et sextos

Un adolescent sur vingt échangent des nudes (images sexualisées de corps dénudés). Soit par ignorance. Soit dans le but, plus ou moins conscient, de se mettre en danger.


Quelles peuvent être les raisons qui poussent des adolescents à envoyer des vidéos érotiques de soi, avec ou sans visage, avec ou sans partenaire, sur des messageries privées voire sur les réseaux sociaux ?

Les experts donnent plusieurs raisons possibles :

  • la recherche d'expérimentation où se mêlent fierté de son corps et découverte de sa compétence sexuelle

  • la recherche de l'excitation sexuelle, même à distance

  • la volonté de transgression

  • le signe d'un mal-être profond poussant à une dévalorisation de soi

Qu'elle qu'en soit la raison, ; le risque majeur est de ne pas mesurer le risque que cela dépasse la sphère privée.


Notre rôle de parent est ici de délivrer des messages de prévention. Leur expliquer que ces images peuvent être capturées par une personnes malveillantes. Que même s'il y a confiance, il y a toujours un risque que l'autre se fasse voler son portable ou pirater son compte. Là encore, je vous invite encore à partager des moments avec votre ado pour discuter de cette thématique.



Comment ?

Je vous invite à regarder cette courte vidéo pour vous donner des pistes de discussion et de réflexions.





J'ai bien conscience que ces quelques minutes de lecture ne vont pas protéger à 100% vos adolescents de tomber sur des contenus choquants.

Car chaque individu est unique, la solution et les ressources sont en vous, en votre enfant. La discussion entre les générations est essentielle.


Pour partager avec d'autres parents et repartir avec des clés pour vous et votre famille, je vous invite à participer au prochain café coaching portant sur le sujet de la parentalité à l'heure du numérique. Cet atelier aura lieu le mardi 3 mai à 11h. Réservez d'ores et déjà votre place.




Et pour en parler plus personnellement et découvrir les bénéfices du coaching même sur cette question de notre relation au numérique, je vous invite à réserver une séance de 30 minutes gratuite.


N'hésitez pas à partager cet article à vos contacts et ami(e)s et à vous abonner à ma Newsletter en cliquant ici


Sources : Guide "la famille tout écran", le livre "restons connectés" et les ressources de offertes par le site Internet sans crainte.

2 vues0 commentaire