Colère, peur... mes émotions ? Psss, je gère bien sûr !

Bien sûr que l'on entend à longueur de temps que l'on doit gérer nos émotions et celles de nos enfants. Mais j'en ai assez. Je suis plutôt de celles et ceux (qui sont de plus en plus nombreux.ses) à accueillir mes émotions et à chercher à comprendre ce qu'elles veulent me signifier.

Vous n'êtes pas encore certain.e.s que ce soit le bon chemin, alors suivez - moi dans l'exploration du monde des émotions.

Les émotions sont utiles !

Longtemps elles ont été vues comme des entraves à la raison et au bonheur. On les a alors réduites à des pulsions qu'il était bon de réprimer et de cacher, dont il fallait avoir honte. Elles peuvent être parfois douloureuses, imprévisibles, paralysante ou d'une ampleur terrifiante et nous font perdre bien souvent nos moyens et nous laissent démunis.

Ce n'est qu'à partir de 1990 que des études scientifiques ont mis en lumière leur rôle dans la prise de décision, dans l'apprentissage, la mémoire et l'épanouissement personnel et professionnel. De nombreux livres ont été écrits à ce sujet, dont le best-seller de Daniel Goleman "L'intelligence émotionnelle" que je vous invite à lire.


Les émotions sont un révélateur de nos besoins profonds !

La science n'a fait que confirmer ce que les philosophes tels qu'Aristote ou Descartes avaient déjà souligné : toutes les émotions sont bonnes et utiles parce qu'elles nous éloignent de ce qui ne nous menace ou ne nous convient pas. Elles nous informent sur nos besoins fondamentaux:

  • La peur, la tristesse et la colère nous signalent que nos besoins ne sont pas respectés et que notre équilibre intérieur n'est plus.

  • La joie, l'amour et la sérénité surviennent au contraire quand nous sommes en accord avec nous même et que tout ce qui est nécessaire à notre bonheur est présent.

Il n'y a donc pas d'émotions "négatives" car elles nous apportent toutes un message positif et utile sur nous même et notre environnement.

Il vaut donc mieux parler d'émotions agréables et d'émotions désagréables.


Portons donc un nouveau regard sur ces émotions désagréables

  • La peur surgit en cas de menace sur notre vie et notre épanouissement, donc aussi bien lorsqu'il y a danger pour notre survie que lors d'un entretien professionnel où notre avenir professionnel en dépend.

  • La tristesse nous signale quant à elle qu'un être, un objet ou une valeur décisive nous ont été retirés.

  • La colère affirme positivement notre volonté, nos valeurs et notre existence quand quelqu'un ou quelque chose y fait obstacle et ne nous traite pas avec respect, attention et justice.

D'ailleurs, la science a elle-même changé son regard sur les états émotionnels. Pour preuve il existe dorénavant un quotient émotionnel. Q.E. Les neurosciences ont prouvé que les émotions ne passent pas par les mêmes circuits du cerveau. L'intelligence cognitive et l'intelligence émotionnelle ont un fonctionnement différent.


"Gérer ses émotions n'implique pas de les contrôler ni de les combattre, mais de les accueillir en tenant compte du message qu'elles véhiculent"- Serge Desjardins

Apprivoisons donc nos émotions

Ne cherchons pas réprimer nos émotions dès qu'elles surgissent, même si elles sont difficiles à vivre.


Beaucoup disent qu'il est nécessaire de gérer, de contrôler nos émotions, je préfère parler d'accueil et de compréhension du besoin caché derrière une émotion qui s'exprime. Cela nous aidera à avoir un quotidien plus serein et plus facile.



Passons à l'action pour faire de nos émotions nos amies.

Il est certes possible d'améliorer son intelligence émotionnelle en s'écoutant davantage et en étant davantage dans l'écoute de l'autre. Pour autant ce travail d'introspection, à mener pour identifier ses propres émotions, en comprendre leurs origines tout en permettant ainsi de mieux les décrypter pour mieux s'en servir, est facilité lorsqu'un professionnel - tel un coach - vous accompagne.


Des tests de quotient émotionnel existent en ligne, mais ils sont pour la plupart peu fiables.

D’autres tests plus sérieux ont été mis au point par des psychologues et peuvent être passés directement dans leurs cabinets. Ils sont en général assez longs, durent plusieurs heures et sont ensuite analysés et constituent une base de travail.


Quant à mon accompagnement, j'utilise l'art coaching. Le but est ici d'utiliser l'art comme moyen d'expression afin de pouvoir travailler sur des émotions. C'est une méthode qui permet d'exprimer autrement les choses qu'avec les mots.


L'Art coaching est idéal avec des personnes qui ont du mal à exprimer ce qu'ils pensent ou ce qu'ils ressentent. L'art est alors utilisé comme un moyen d'expression pour pouvoir travailler ensuite sur les émotions dans le but d'atteindre les objectifs du coaché.


C'est dans ce cadre là que j'ai organisé le défi de 21 jours "Dansons nos émotions". Car le mouvement crée l'émotion. Comme le dit Hélène Bonhomme "Ton corps est ta télécommande". Si vous activez votre corps sur une musique qui vous plait, qui vous rend joyeux. se, dont les paroles ont du sens pour vous. alors vous allez doucement devenir joyeux.se. C'est le pouvoir de la danse, du mouvement, de la vie. Car tout est lié, le cerveau (le cortex préfrontal), le corps et les émotions. On ne peut pas être à la fois en colère et être joyeux.se.



Et vous, comment allez-vous passer à l'action ?

Si vous voulez (ou votre jeune) apprendre à accueillir, comprendre et vivre vos émotions d'une manière plus originale et efficace, je vous invite à un avant-goût de ce que l'art coaching peut vous apporter en réservant une séance de 30 minutes offertes.




30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout